AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Politique et société

Formes de temporalité plurielle dans le marxisme latino-américain

Vittorio MORFINO

dateDate : 21/10/2021 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Visioconférence

nota benehttps://unimib.webex.com/meet/vittorio.morfino

lieu Adresse : Lien à copier dans votre navigateur

Résumé :


Du point de vue de cet ensemble de termes qui, dans la tradition marxiste, définit ce que nous avons appelé la temporalité plurielle – anachronisme, non-contemporanéité, multiversum, temporalité différentielle – le marxisme latino-américain constitue un terrain particulièrement riche. Bien entendu, il faut chercher dans les marges car sa tendance dominante est marquée par un eurocentrisme, associé en partie au stalinisme mais aussi à d’autres formations politiques et théoriques, dont le présupposé est un modèle d'évolution historique dans lequel le rôle prééminent est constitué par le développement des forces productives, un modèle stadiale et unilinéaire qui a simplement tenté d'adapter la classification des modes de production proposée par Marx à la réalité latino-américaine (avec une série de demi, quasi, etc.) sans tenir compte de la singularité historique et structurelle de la région. Cependant, il est possible d'identifier dans cette tradition des figures qui, dans des conjonctures historiques différentes et dans différents pays, ont eu recours à la constellation de termes qui délimitent le concept de temporalité plurielle, faisant jouer un marxisme lu à rebrousse-poil dans des analyses très originales de la réalité sociale de leur pays. C’est, entre autres, le cas de José Carlos Mariátegui dans Siete ensajos de interprétacion sobre la realidad peruana, des théories de la dépendance, de René Zavaleta Mercado dans ses analyses de la Bolivie, d’Aricò et de Portantiero, avec l’extraordinaire expérience de « Pasado y presente » dans l’Argentine des années soixante-dix, et finalement de la production théorique de Álvaro García Linera dont les analyses sont l’une des sources de la constitution de l'État plurinational de Bolivie.
Intervenants :
- Jeudi 21 octobre : Ramiro Parodi : El marxismo situacional de Álvaro García Linera: proceso de trabajo, subsunción y comunidad [Le marxisme situationnel de Álvaro García Linera : procès de travail, subsomption et communauté]

- Lundi 29 novembre : Diego Giller : René Zavaleta y las formaciones sociales abigarradas [René Zavaleta et les formations sociales bigarrées]
 
- Lundi 10 janvier : Maria Turchetto : Contro l'idea di progresso. Raúl Prebish e la Scuola Dependentista [Contre l'idée de progrès. Raúl Prebish et l'école dépendentiste]

- Vendredi 14 janvier : Martin Cortes : Geografía universal, temporalidades heterogéneas. El Marx de José Aricó [Géographie universelle, temporalités hétérogènes. Le Marx de José Aricó]

- Lundi 17 janvier : Sergio Villalobos Ruminott : El marxismo latinoamericano y el problema del tiempo histórico [Le marxisme latino-américain et le problème du temps historique]
 
- Lundi 24 janvier : Alejo Stark : Between Bergson and Einstein: On Mariátegui's plural spatio-temporal concept of history [Entre Bergson et Einstein : sur la conception spatio-temporelle plurielle de l'histoire chez Mariátegui]

- Lundi 31 janvier : Vittorio Morfino : L'uso di Gramsci di Juan Carlos Portantiero [L’utilisation de Gramsci par Juan Carlos Portantiero]

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Politique et société

Formes de temporalité plurielle dans le marxisme latino-américain

Vittorio MORFINO

dateDate : 29/11/2021 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Visioconférence

nota benehttps://unimib.webex.com/meet/vittorio.morfino

lieu Adresse : Lien à copier dans votre navigateur

Résumé :


Du point de vue de cet ensemble de termes qui, dans la tradition marxiste, définit ce que nous avons appelé la temporalité plurielle – anachronisme, non-contemporanéité, multiversum, temporalité différentielle – le marxisme latino-américain constitue un terrain particulièrement riche. Bien entendu, il faut chercher dans les marges car sa tendance dominante est marquée par un eurocentrisme, associé en partie au stalinisme mais aussi à d’autres formations politiques et théoriques, dont le présupposé est un modèle d'évolution historique dans lequel le rôle prééminent est constitué par le développement des forces productives, un modèle stadiale et unilinéaire qui a simplement tenté d'adapter la classification des modes de production proposée par Marx à la réalité latino-américaine (avec une série de demi, quasi, etc.) sans tenir compte de la singularité historique et structurelle de la région. Cependant, il est possible d'identifier dans cette tradition des figures qui, dans des conjonctures historiques différentes et dans différents pays, ont eu recours à la constellation de termes qui délimitent le concept de temporalité plurielle, faisant jouer un marxisme lu à rebrousse-poil dans des analyses très originales de la réalité sociale de leur pays. C’est, entre autres, le cas de José Carlos Mariátegui dans Siete ensajos de interprétacion sobre la realidad peruana, des théories de la dépendance, de René Zavaleta Mercado dans ses analyses de la Bolivie, d’Aricò et de Portantiero, avec l’extraordinaire expérience de « Pasado y presente » dans l’Argentine des années soixante-dix, et finalement de la production théorique de Álvaro García Linera dont les analyses sont l’une des sources de la constitution de l'État plurinational de Bolivie.
Intervenants :
- Jeudi 21 octobre : Ramiro Parodi : El marxismo situacional de Álvaro García Linera: proceso de trabajo, subsunción y comunidad [Le marxisme situationnel de Álvaro García Linera : procès de travail, subsomption et communauté]

- Lundi 29 novembre : Diego Giller : René Zavaleta y las formaciones sociales abigarradas [René Zavaleta et les formations sociales bigarrées]
 
- Lundi 10 janvier : Maria Turchetto : Contro l'idea di progresso. Raúl Prebish e la Scuola Dependentista [Contre l'idée de progrès. Raúl Prebish et l'école dépendentiste]

- Vendredi 14 janvier : Martin Cortes : Geografía universal, temporalidades heterogéneas. El Marx de José Aricó [Géographie universelle, temporalités hétérogènes. Le Marx de José Aricó]

- Lundi 17 janvier : Sergio Villalobos Ruminott : El marxismo latinoamericano y el problema del tiempo histórico [Le marxisme latino-américain et le problème du temps historique]
 
- Lundi 24 janvier : Alejo Stark : Between Bergson and Einstein: On Mariátegui's plural spatio-temporal concept of history [Entre Bergson et Einstein : sur la conception spatio-temporelle plurielle de l'histoire chez Mariátegui]

- Lundi 31 janvier : Vittorio Morfino : L'uso di Gramsci di Juan Carlos Portantiero [L’utilisation de Gramsci par Juan Carlos Portantiero]

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Politique et société

Formes de temporalité plurielle dans le marxisme latino-américain

Vittorio MORFINO

dateDate : 13/12/2021 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Visioconférence

nota benehttps://unimib.webex.com/meet/vittorio.morfino

lieu Adresse : Lien à copier dans votre navigateur

Résumé :


Du point de vue de cet ensemble de termes qui, dans la tradition marxiste, définit ce que nous avons appelé la temporalité plurielle – anachronisme, non-contemporanéité, multiversum, temporalité différentielle – le marxisme latino-américain constitue un terrain particulièrement riche. Bien entendu, il faut chercher dans les marges car sa tendance dominante est marquée par un eurocentrisme, associé en partie au stalinisme mais aussi à d’autres formations politiques et théoriques, dont le présupposé est un modèle d'évolution historique dans lequel le rôle prééminent est constitué par le développement des forces productives, un modèle stadiale et unilinéaire qui a simplement tenté d'adapter la classification des modes de production proposée par Marx à la réalité latino-américaine (avec une série de demi, quasi, etc.) sans tenir compte de la singularité historique et structurelle de la région. Cependant, il est possible d'identifier dans cette tradition des figures qui, dans des conjonctures historiques différentes et dans différents pays, ont eu recours à la constellation de termes qui délimitent le concept de temporalité plurielle, faisant jouer un marxisme lu à rebrousse-poil dans des analyses très originales de la réalité sociale de leur pays. C’est, entre autres, le cas de José Carlos Mariátegui dans Siete ensajos de interprétacion sobre la realidad peruana, des théories de la dépendance, de René Zavaleta Mercado dans ses analyses de la Bolivie, d’Aricò et de Portantiero, avec l’extraordinaire expérience de « Pasado y presente » dans l’Argentine des années soixante-dix, et finalement de la production théorique de Álvaro García Linera dont les analyses sont l’une des sources de la constitution de l'État plurinational de Bolivie.
Intervenants :
- Jeudi 21 octobre : Ramiro Parodi : El marxismo situacional de Álvaro García Linera: proceso de trabajo, subsunción y comunidad [Le marxisme situationnel de Álvaro García Linera : procès de travail, subsomption et communauté]

- Lundi 29 novembre : Diego Giller : René Zavaleta y las formaciones sociales abigarradas [René Zavaleta et les formations sociales bigarrées]
 
- Lundi 10 janvier : Maria Turchetto : Contro l'idea di progresso. Raúl Prebish e la Scuola Dependentista [Contre l'idée de progrès. Raúl Prebish et l'école dépendentiste]

- Vendredi 14 janvier : Martin Cortes : Geografía universal, temporalidades heterogéneas. El Marx de José Aricó [Géographie universelle, temporalités hétérogènes. Le Marx de José Aricó]

- Lundi 17 janvier : Sergio Villalobos Ruminott : El marxismo latinoamericano y el problema del tiempo histórico [Le marxisme latino-américain et le problème du temps historique]
 
- Lundi 24 janvier : Alejo Stark : Between Bergson and Einstein: On Mariátegui's plural spatio-temporal concept of history [Entre Bergson et Einstein : sur la conception spatio-temporelle plurielle de l'histoire chez Mariátegui]

- Lundi 31 janvier : Vittorio Morfino : L'uso di Gramsci di Juan Carlos Portantiero [L’utilisation de Gramsci par Juan Carlos Portantiero]

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Politique et société

Formes de temporalité plurielle dans le marxisme latino-américain

Vittorio MORFINO

dateDate : 10/01/2022 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Visioconférence

nota benehttps://unimib.webex.com/meet/vittorio.morfino

lieu Adresse : Lien à copier dans votre navigateur

Résumé :


Du point de vue de cet ensemble de termes qui, dans la tradition marxiste, définit ce que nous avons appelé la temporalité plurielle – anachronisme, non-contemporanéité, multiversum, temporalité différentielle – le marxisme latino-américain constitue un terrain particulièrement riche. Bien entendu, il faut chercher dans les marges car sa tendance dominante est marquée par un eurocentrisme, associé en partie au stalinisme mais aussi à d’autres formations politiques et théoriques, dont le présupposé est un modèle d'évolution historique dans lequel le rôle prééminent est constitué par le développement des forces productives, un modèle stadiale et unilinéaire qui a simplement tenté d'adapter la classification des modes de production proposée par Marx à la réalité latino-américaine (avec une série de demi, quasi, etc.) sans tenir compte de la singularité historique et structurelle de la région. Cependant, il est possible d'identifier dans cette tradition des figures qui, dans des conjonctures historiques différentes et dans différents pays, ont eu recours à la constellation de termes qui délimitent le concept de temporalité plurielle, faisant jouer un marxisme lu à rebrousse-poil dans des analyses très originales de la réalité sociale de leur pays. C’est, entre autres, le cas de José Carlos Mariátegui dans Siete ensajos de interprétacion sobre la realidad peruana, des théories de la dépendance, de René Zavaleta Mercado dans ses analyses de la Bolivie, d’Aricò et de Portantiero, avec l’extraordinaire expérience de « Pasado y presente » dans l’Argentine des années soixante-dix, et finalement de la production théorique de Álvaro García Linera dont les analyses sont l’une des sources de la constitution de l'État plurinational de Bolivie.
Intervenants :
- Jeudi 21 octobre : Ramiro Parodi : El marxismo situacional de Álvaro García Linera: proceso de trabajo, subsunción y comunidad [Le marxisme situationnel de Álvaro García Linera : procès de travail, subsomption et communauté]

- Lundi 29 novembre : Diego Giller : René Zavaleta y las formaciones sociales abigarradas [René Zavaleta et les formations sociales bigarrées]
 
- Lundi 10 janvier : Maria Turchetto : Contro l'idea di progresso. Raúl Prebish e la Scuola Dependentista [Contre l'idée de progrès. Raúl Prebish et l'école dépendentiste]

- Vendredi 14 janvier : Martin Cortes : Geografía universal, temporalidades heterogéneas. El Marx de José Aricó [Géographie universelle, temporalités hétérogènes. Le Marx de José Aricó]

- Lundi 17 janvier : Sergio Villalobos Ruminott : El marxismo latinoamericano y el problema del tiempo histórico [Le marxisme latino-américain et le problème du temps historique]
 
- Lundi 24 janvier : Alejo Stark : Between Bergson and Einstein: On Mariátegui's plural spatio-temporal concept of history [Entre Bergson et Einstein : sur la conception spatio-temporelle plurielle de l'histoire chez Mariátegui]

- Lundi 31 janvier : Vittorio Morfino : L'uso di Gramsci di Juan Carlos Portantiero [L’utilisation de Gramsci par Juan Carlos Portantiero]

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Politique et société

Formes de temporalité plurielle dans le marxisme latino-américain

Vittorio MORFINO

dateDate : 17/01/2022 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Visioconférence

nota benehttps://unimib.webex.com/meet/vittorio.morfino

lieu Adresse : Lien à copier dans votre navigateur

Résumé :


Du point de vue de cet ensemble de termes qui, dans la tradition marxiste, définit ce que nous avons appelé la temporalité plurielle – anachronisme, non-contemporanéité, multiversum, temporalité différentielle – le marxisme latino-américain constitue un terrain particulièrement riche. Bien entendu, il faut chercher dans les marges car sa tendance dominante est marquée par un eurocentrisme, associé en partie au stalinisme mais aussi à d’autres formations politiques et théoriques, dont le présupposé est un modèle d'évolution historique dans lequel le rôle prééminent est constitué par le développement des forces productives, un modèle stadiale et unilinéaire qui a simplement tenté d'adapter la classification des modes de production proposée par Marx à la réalité latino-américaine (avec une série de demi, quasi, etc.) sans tenir compte de la singularité historique et structurelle de la région. Cependant, il est possible d'identifier dans cette tradition des figures qui, dans des conjonctures historiques différentes et dans différents pays, ont eu recours à la constellation de termes qui délimitent le concept de temporalité plurielle, faisant jouer un marxisme lu à rebrousse-poil dans des analyses très originales de la réalité sociale de leur pays. C’est, entre autres, le cas de José Carlos Mariátegui dans Siete ensajos de interprétacion sobre la realidad peruana, des théories de la dépendance, de René Zavaleta Mercado dans ses analyses de la Bolivie, d’Aricò et de Portantiero, avec l’extraordinaire expérience de « Pasado y presente » dans l’Argentine des années soixante-dix, et finalement de la production théorique de Álvaro García Linera dont les analyses sont l’une des sources de la constitution de l'État plurinational de Bolivie.
Intervenants :
- Jeudi 21 octobre : Ramiro Parodi : El marxismo situacional de Álvaro García Linera: proceso de trabajo, subsunción y comunidad [Le marxisme situationnel de Álvaro García Linera : procès de travail, subsomption et communauté]

- Lundi 29 novembre : Diego Giller : René Zavaleta y las formaciones sociales abigarradas [René Zavaleta et les formations sociales bigarrées]
 
- Lundi 10 janvier : Maria Turchetto : Contro l'idea di progresso. Raúl Prebish e la Scuola Dependentista [Contre l'idée de progrès. Raúl Prebish et l'école dépendentiste]

- Vendredi 14 janvier : Martin Cortes : Geografía universal, temporalidades heterogéneas. El Marx de José Aricó [Géographie universelle, temporalités hétérogènes. Le Marx de José Aricó]

- Lundi 17 janvier : Sergio Villalobos Ruminott : El marxismo latinoamericano y el problema del tiempo histórico [Le marxisme latino-américain et le problème du temps historique]
 
- Lundi 24 janvier : Alejo Stark : Between Bergson and Einstein: On Mariátegui's plural spatio-temporal concept of history [Entre Bergson et Einstein : sur la conception spatio-temporelle plurielle de l'histoire chez Mariátegui]

- Lundi 31 janvier : Vittorio Morfino : L'uso di Gramsci di Juan Carlos Portantiero [L’utilisation de Gramsci par Juan Carlos Portantiero]

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Politique et société

Formes de temporalité plurielle dans le marxisme latino-américain

Vittorio MORFINO

dateDate : 24/01/2022 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Visioconférence

nota benehttps://unimib.webex.com/meet/vittorio.morfino

lieu Adresse : Lien à copier dans votre navigateur

Résumé :


Du point de vue de cet ensemble de termes qui, dans la tradition marxiste, définit ce que nous avons appelé la temporalité plurielle – anachronisme, non-contemporanéité, multiversum, temporalité différentielle – le marxisme latino-américain constitue un terrain particulièrement riche. Bien entendu, il faut chercher dans les marges car sa tendance dominante est marquée par un eurocentrisme, associé en partie au stalinisme mais aussi à d’autres formations politiques et théoriques, dont le présupposé est un modèle d'évolution historique dans lequel le rôle prééminent est constitué par le développement des forces productives, un modèle stadiale et unilinéaire qui a simplement tenté d'adapter la classification des modes de production proposée par Marx à la réalité latino-américaine (avec une série de demi, quasi, etc.) sans tenir compte de la singularité historique et structurelle de la région. Cependant, il est possible d'identifier dans cette tradition des figures qui, dans des conjonctures historiques différentes et dans différents pays, ont eu recours à la constellation de termes qui délimitent le concept de temporalité plurielle, faisant jouer un marxisme lu à rebrousse-poil dans des analyses très originales de la réalité sociale de leur pays. C’est, entre autres, le cas de José Carlos Mariátegui dans Siete ensajos de interprétacion sobre la realidad peruana, des théories de la dépendance, de René Zavaleta Mercado dans ses analyses de la Bolivie, d’Aricò et de Portantiero, avec l’extraordinaire expérience de « Pasado y presente » dans l’Argentine des années soixante-dix, et finalement de la production théorique de Álvaro García Linera dont les analyses sont l’une des sources de la constitution de l'État plurinational de Bolivie.
Intervenants :
- Jeudi 21 octobre : Ramiro Parodi : El marxismo situacional de Álvaro García Linera: proceso de trabajo, subsunción y comunidad [Le marxisme situationnel de Álvaro García Linera : procès de travail, subsomption et communauté]

- Lundi 29 novembre : Diego Giller : René Zavaleta y las formaciones sociales abigarradas [René Zavaleta et les formations sociales bigarrées]
 
- Lundi 10 janvier : Maria Turchetto : Contro l'idea di progresso. Raúl Prebish e la Scuola Dependentista [Contre l'idée de progrès. Raúl Prebish et l'école dépendentiste]

- Vendredi 14 janvier : Martin Cortes : Geografía universal, temporalidades heterogéneas. El Marx de José Aricó [Géographie universelle, temporalités hétérogènes. Le Marx de José Aricó]

- Lundi 17 janvier : Sergio Villalobos Ruminott : El marxismo latinoamericano y el problema del tiempo histórico [Le marxisme latino-américain et le problème du temps historique]
 
- Lundi 24 janvier : Alejo Stark : Between Bergson and Einstein: On Mariátegui's plural spatio-temporal concept of history [Entre Bergson et Einstein : sur la conception spatio-temporelle plurielle de l'histoire chez Mariátegui]

- Lundi 31 janvier : Vittorio Morfino : L'uso di Gramsci di Juan Carlos Portantiero [L’utilisation de Gramsci par Juan Carlos Portantiero]

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Politique et société

Formes de temporalité plurielle dans le marxisme latino-américain

Vittorio MORFINO

dateDate : 31/01/2022 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Visioconférence

nota benehttps://unimib.webex.com/meet/vittorio.morfino

lieu Adresse : Lien à copier dans votre navigateur

Résumé :


Du point de vue de cet ensemble de termes qui, dans la tradition marxiste, définit ce que nous avons appelé la temporalité plurielle – anachronisme, non-contemporanéité, multiversum, temporalité différentielle – le marxisme latino-américain constitue un terrain particulièrement riche. Bien entendu, il faut chercher dans les marges car sa tendance dominante est marquée par un eurocentrisme, associé en partie au stalinisme mais aussi à d’autres formations politiques et théoriques, dont le présupposé est un modèle d'évolution historique dans lequel le rôle prééminent est constitué par le développement des forces productives, un modèle stadiale et unilinéaire qui a simplement tenté d'adapter la classification des modes de production proposée par Marx à la réalité latino-américaine (avec une série de demi, quasi, etc.) sans tenir compte de la singularité historique et structurelle de la région. Cependant, il est possible d'identifier dans cette tradition des figures qui, dans des conjonctures historiques différentes et dans différents pays, ont eu recours à la constellation de termes qui délimitent le concept de temporalité plurielle, faisant jouer un marxisme lu à rebrousse-poil dans des analyses très originales de la réalité sociale de leur pays. C’est, entre autres, le cas de José Carlos Mariátegui dans Siete ensajos de interprétacion sobre la realidad peruana, des théories de la dépendance, de René Zavaleta Mercado dans ses analyses de la Bolivie, d’Aricò et de Portantiero, avec l’extraordinaire expérience de « Pasado y presente » dans l’Argentine des années soixante-dix, et finalement de la production théorique de Álvaro García Linera dont les analyses sont l’une des sources de la constitution de l'État plurinational de Bolivie.
Intervenants :
- Jeudi 21 octobre : Ramiro Parodi : El marxismo situacional de Álvaro García Linera: proceso de trabajo, subsunción y comunidad [Le marxisme situationnel de Álvaro García Linera : procès de travail, subsomption et communauté]

- Lundi 29 novembre : Diego Giller : René Zavaleta y las formaciones sociales abigarradas [René Zavaleta et les formations sociales bigarrées]
 
- Lundi 10 janvier : Maria Turchetto : Contro l'idea di progresso. Raúl Prebish e la Scuola Dependentista [Contre l'idée de progrès. Raúl Prebish et l'école dépendentiste]

- Vendredi 14 janvier : Martin Cortes : Geografía universal, temporalidades heterogéneas. El Marx de José Aricó [Géographie universelle, temporalités hétérogènes. Le Marx de José Aricó]

- Lundi 17 janvier : Sergio Villalobos Ruminott : El marxismo latinoamericano y el problema del tiempo histórico [Le marxisme latino-américain et le problème du temps historique]
 
- Lundi 24 janvier : Alejo Stark : Between Bergson and Einstein: On Mariátegui's plural spatio-temporal concept of history [Entre Bergson et Einstein : sur la conception spatio-temporelle plurielle de l'histoire chez Mariátegui]

- Lundi 31 janvier : Vittorio Morfino : L'uso di Gramsci di Juan Carlos Portantiero [L’utilisation de Gramsci par Juan Carlos Portantiero]

>> Partager

    image philosophie