AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

La mesure de l'agitation

Stéphanie RONCHEWSKI DEGORRE

dateDate : 19/05/2022 heure Début : 18h15 -> Fin : 20h15

lieu Adresse : USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris. Inscription obligatoire sur https://form.jotform.com/CIPhFormulaires/usic_acces

Résumé :


L’agitation traduit un excès d’activité. On peut y voir une sorte de passion démesurée, d’hybris, déjà dénoncée par la philosophie grecque prônant la tempérance. On peut la considérer également dans sa version médicalisée, comme trouble de l’hyperactivité, c’est-à-dire comme un comportement « déviant » pour une société qui tente de la limiter, notamment par des dispositifs scolaires ou psychiatriques, mais qui, paradoxalement, l’encourage en même temps en recherchant toujours plus de performance.
La pathologisation de notre existence questionne notre rapport aux normes tel que l’a thématisé Canguilhem pour qui le comportement ne se laisse pas mesurer de manière quantifiable mais devrait faire l’objet plutôt d’une « appréciation ». Dans ces conditions, que signifie la volonté de « mesurer » (au double sens de « modérer » et d’« évaluer » voire de diagnostiquer) l’agitation ? La singularité de l’individu agité est-elle ce que l’on cherche à étouffer en normalisant son comportement, ou est-elle au contraire ce qui se révèle comme passion constitutive ?
Un éclairage de cette agitation tant suscitée que condamnée sera d’abord apporté par une réflexion à partir de Foucault sur l’action des institutions face à la singularité d’un sujet dit « agité » (avec Pascale Gillot). Il s’agira alors d’interroger le signifiant « agitation » par rapport à celui d’ « excitation », à partir d’une étude de ce que Freud appelle la sexualité infantile (avec Yann Diener). On reviendra ensuite aux sources du phénomène plus particulier de l’agitation amoureuse : sa « démesure » traduit-elle un besoin de se divertir, un excès des passions ou un moteur nécessaire ? À partir d’une lecture de Roland Barthes, on se demandera si l’agitation comme pharmakon est finalement plutôt un poison ou un remède (avec Stéphane Floccari).
Intervenants :
- Jeudi 10 février (SÉANCE ANNULÉE) : Pascale Gillot, maître de conférences en philosophie à l'Université de Tours, ancienne directrice de programme au CIPh (2004-2010)
- Jeudi 17 mars : Yann Diener, psychanalyste à Paris
- Jeudi 19 mai : Stéphane Floccari, agrégé de philosophie. Chargé de cours à l'Université Paris 1

>> Partager

    image philosophie