AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Philosophies

Interculturalité en tant que situation vécue. Une approche phénoménologique

Abbed KANOOR

dateDate : 23/10/2020 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Report du 16/10

nota benehttps://us02web.zoom.us/j/89679877902

lieu Adresse : Lien Zoom à copier dans votre navigateur

Résumé :


À l’encontre des théoriciens postcoloniaux comme Said ou Spivak, qui se préoccupent de la constitution de l’altérité à travers l’analyse du pouvoir, Homi Bhabha thématise les défis résultant d’une situation qu’il appelle « liminal », « interstitial » et « hybride ». Il se donne comme but l’investigation de l’hybridité culturelle dont l’idée fondamentale se cristallise dans l’attribution d’un rôle constitutif à la différence culturelle.
Cette démarche a deux aspects pour une enquête phénoménologique de l’interculturalité :
1) l’expérience de la situation interculturelle en tant qu’expérience limite ;
2) l’interculturalité dans son apparition en tant que situation limite.
Cependant, là où Bhabha aperçoit une problématique de l’ordre des « cultural studies » et la traite dans une perspective postcoloniale, nous voyons une problématique de l’ordre de la « Kulturphilosophie ». L’entre-deux de l'expérience interculturelle est un cas de κρίσις, à savoir un écart (Abgrund), qui revendique du même coup une prise en compte et fondation (Grund) du sens. Afin d'approfondir l'aspect susmentionné, nous nous adressons aux auteurs tels que Fanon, Césaire, Glissant et particulièrement à Daryush Shayegan.
Le présent projet rejoint aussi une constellation de philosophes de la pensée nomade. Le préfixe « inter » de l’interculturalité n’est ni spatial ni transitoire sous l’angle de la pensée nomade. Il est plutôt une situation authentique au sens d’un point de repère, qui, à l’encontre de la pensée de tabula rasa – toujours à la recherche de la « première certitude » et du « point d’origine » – reprend la « ligne interrompue » et ajoute un autre segment à la « ligne brisée » (Deleuze). Ces propos et surtout ce que Jean Borreil aborde en tant que « phénoménologie affective » de l’expérience limite, à travers laquelle il traite le champ d’apparition de l’« entre », nous fournissent un appareil pour décrire une expérience qui n'a jamais été suffisamment thématisée au cœur de la recherche philosophique.


>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Philosophies

Interculturalité en tant que situation vécue. Une approche phénoménologique

Abbed KANOOR

dateDate : 13/11/2020 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Visioconférence

nota benehttps://us02web.zoom.us/j/89679877902

lieu Adresse : Lien Zoom à copier dans votre navigateur

Résumé :


À l’encontre des théoriciens postcoloniaux comme Said ou Spivak, qui se préoccupent de la constitution de l’altérité à travers l’analyse du pouvoir, Homi Bhabha thématise les défis résultant d’une situation qu’il appelle « liminal », « interstitial » et « hybride ». Il se donne comme but l’investigation de l’hybridité culturelle dont l’idée fondamentale se cristallise dans l’attribution d’un rôle constitutif à la différence culturelle.
Cette démarche a deux aspects pour une enquête phénoménologique de l’interculturalité :
1) l’expérience de la situation interculturelle en tant qu’expérience limite ;
2) l’interculturalité dans son apparition en tant que situation limite.
Cependant, là où Bhabha aperçoit une problématique de l’ordre des « cultural studies » et la traite dans une perspective postcoloniale, nous voyons une problématique de l’ordre de la « Kulturphilosophie ». L’entre-deux de l'expérience interculturelle est un cas de κρίσις, à savoir un écart (Abgrund), qui revendique du même coup une prise en compte et fondation (Grund) du sens. Afin d'approfondir l'aspect susmentionné, nous nous adressons aux auteurs tels que Fanon, Césaire, Glissant et particulièrement à Daryush Shayegan.
Le présent projet rejoint aussi une constellation de philosophes de la pensée nomade. Le préfixe « inter » de l’interculturalité n’est ni spatial ni transitoire sous l’angle de la pensée nomade. Il est plutôt une situation authentique au sens d’un point de repère, qui, à l’encontre de la pensée de tabula rasa – toujours à la recherche de la « première certitude » et du « point d’origine » – reprend la « ligne interrompue » et ajoute un autre segment à la « ligne brisée » (Deleuze). Ces propos et surtout ce que Jean Borreil aborde en tant que « phénoménologie affective » de l’expérience limite, à travers laquelle il traite le champ d’apparition de l’« entre », nous fournissent un appareil pour décrire une expérience qui n'a jamais été suffisamment thématisée au cœur de la recherche philosophique.


>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Philosophies

Interculturalité en tant que situation vécue. Une approche phénoménologique

Abbed KANOOR

dateDate : 11/12/2020 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Visioconférence

nota benehttps://us02web.zoom.us/j/89679877902

lieu Adresse : Lien Zoom à copier dans votre navigateur

Résumé :


À l’encontre des théoriciens postcoloniaux comme Said ou Spivak, qui se préoccupent de la constitution de l’altérité à travers l’analyse du pouvoir, Homi Bhabha thématise les défis résultant d’une situation qu’il appelle « liminal », « interstitial » et « hybride ». Il se donne comme but l’investigation de l’hybridité culturelle dont l’idée fondamentale se cristallise dans l’attribution d’un rôle constitutif à la différence culturelle.
Cette démarche a deux aspects pour une enquête phénoménologique de l’interculturalité :
1) l’expérience de la situation interculturelle en tant qu’expérience limite ;
2) l’interculturalité dans son apparition en tant que situation limite.
Cependant, là où Bhabha aperçoit une problématique de l’ordre des « cultural studies » et la traite dans une perspective postcoloniale, nous voyons une problématique de l’ordre de la « Kulturphilosophie ». L’entre-deux de l'expérience interculturelle est un cas de κρίσις, à savoir un écart (Abgrund), qui revendique du même coup une prise en compte et fondation (Grund) du sens. Afin d'approfondir l'aspect susmentionné, nous nous adressons aux auteurs tels que Fanon, Césaire, Glissant et particulièrement à Daryush Shayegan.
Le présent projet rejoint aussi une constellation de philosophes de la pensée nomade. Le préfixe « inter » de l’interculturalité n’est ni spatial ni transitoire sous l’angle de la pensée nomade. Il est plutôt une situation authentique au sens d’un point de repère, qui, à l’encontre de la pensée de tabula rasa – toujours à la recherche de la « première certitude » et du « point d’origine » – reprend la « ligne interrompue » et ajoute un autre segment à la « ligne brisée » (Deleuze). Ces propos et surtout ce que Jean Borreil aborde en tant que « phénoménologie affective » de l’expérience limite, à travers laquelle il traite le champ d’apparition de l’« entre », nous fournissent un appareil pour décrire une expérience qui n'a jamais été suffisamment thématisée au cœur de la recherche philosophique.


>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Philosophies

Interculturalité en tant que situation vécue. Une approche phénoménologique

Abbed KANOOR

dateDate : 29/01/2021 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Visioconférence

nota benehttps://us02web.zoom.us/j/89679877902

lieu Adresse : Lien Zoom à copier dans votre navigateur

Résumé :


À l’encontre des théoriciens postcoloniaux comme Said ou Spivak, qui se préoccupent de la constitution de l’altérité à travers l’analyse du pouvoir, Homi Bhabha thématise les défis résultant d’une situation qu’il appelle « liminal », « interstitial » et « hybride ». Il se donne comme but l’investigation de l’hybridité culturelle dont l’idée fondamentale se cristallise dans l’attribution d’un rôle constitutif à la différence culturelle.
Cette démarche a deux aspects pour une enquête phénoménologique de l’interculturalité :
1) l’expérience de la situation interculturelle en tant qu’expérience limite ;
2) l’interculturalité dans son apparition en tant que situation limite.
Cependant, là où Bhabha aperçoit une problématique de l’ordre des « cultural studies » et la traite dans une perspective postcoloniale, nous voyons une problématique de l’ordre de la « Kulturphilosophie ». L’entre-deux de l'expérience interculturelle est un cas de κρίσις, à savoir un écart (Abgrund), qui revendique du même coup une prise en compte et fondation (Grund) du sens. Afin d'approfondir l'aspect susmentionné, nous nous adressons aux auteurs tels que Fanon, Césaire, Glissant et particulièrement à Daryush Shayegan.
Le présent projet rejoint aussi une constellation de philosophes de la pensée nomade. Le préfixe « inter » de l’interculturalité n’est ni spatial ni transitoire sous l’angle de la pensée nomade. Il est plutôt une situation authentique au sens d’un point de repère, qui, à l’encontre de la pensée de tabula rasa – toujours à la recherche de la « première certitude » et du « point d’origine » – reprend la « ligne interrompue » et ajoute un autre segment à la « ligne brisée » (Deleuze). Ces propos et surtout ce que Jean Borreil aborde en tant que « phénoménologie affective » de l’expérience limite, à travers laquelle il traite le champ d’apparition de l’« entre », nous fournissent un appareil pour décrire une expérience qui n'a jamais été suffisamment thématisée au cœur de la recherche philosophique.


>> Partager

    image philosophie