AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

L'énigme du commun

Hugues CHOPLIN

dateDate : 06/05/2021 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota benehttps://us02web.zoom.us/j/81337652833

lieu Adresse : Lien Zoom à copier dans votre navigateur

Résumé :


Notre situation écologique semble aujourd’hui requérir la reconnaissance d’un commun. Aussi hétérogènes soient-elles, les philosophies contemporaines du commun (P. Dardot & C. Laval ; J.-L. Nancy ; Wittgenstein) refusent toutes – légitimement – de l’établir depuis l’autorité d’une essence, d’une identité ou d’une nature. Mais quelle dimension collective engage donc ce commun sans communautarisme ? Dans quelle mesure est-elle irréductible à la condition humaine ou vitale, probablement non écologique, que privilégient la philosophie socio-politique du/des commun(s) et, plus radicalement, la philosophie continentale contemporaine elle-même (depuis Heidegger et Bergson) ?
Nous travaillerons cette énigme du commun, étrangère à la philosophie socio-politique, à partir de recherches, en littérature (Perec, Ponge) et en peinture (Hammershøi, les impressionnistes), qui la méditent depuis « ce qu’il y a de plus difficile à découvrir » (Blanchot) : le quotidien. Ces recherches singulières invitent à questionner les espaces et les objets du commun – du collectif au quotidien – sans les soumettre au primat de l’humain ou du vital. Comment donc penser le milieu collectif – ni ordinaire, ni événementiel – que cet art du quotidien donne à questionner ?
Ainsi consacrées à une dimension commune ni visible, ni invisible – insistante plutôt que résistante –, les recherches artistiques ici considérées déjouent le couple problématique que la philosophie contemporaine (de Bergson à Deleuze, de Heidegger à Derrida) établit avec l’art. Jusqu’à quel point la simplicité – plutôt que la radicalité – de ces recherches est-elle adéquate à notre exigence écologique ?
Intervenants :
- Jeudi 4 mars : Hugues Choplin, CIPh : L’énigme du commun – à partir de P. Dardot & C. Laval, J.-L. Nancy et Wittgenstein
- Jeudi 18 mars : Pierre Zaoui, Université Paris Diderot, ancien directeur de programme au CIPh : Devenir invisible et communautés imperceptibles : une autre manière d’être ensemble
- Jeudi 8 avril : Alain Milon, Université Paris Nanterre : Ponge contre Blanchot : non, les choses n’apprennent pas à parler…
- Jeudi 6 mai : Éric Hoppenot, INSPE de Paris, Université Paris Sorbonne, et H. Choplin : Perec ou le lieu du commun. Lectures croisées de Ellis Island
- Jeudi 20 mai : H. Choplin : Le commun : des agencements sans vie ? Perec avec et sans Deleuze
- Jeudi 3 juin : Agnès Barincou, collège Descartes, Mons-en-Barœul ; musée LaM, Villeneuve d’Ascq : Peindre l’atmosphère du quotidien (De Hooch, Sisley, Hammershøi) 
- Jeudi 17 juin : H. Choplin : Un art du commun ?

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

L'énigme du commun

Hugues CHOPLIN

dateDate : 20/05/2021 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota benehttps://us02web.zoom.us/j/81337652833

lieu Adresse : Lien Zoom à copier dans votre navigateur

Résumé :


Notre situation écologique semble aujourd’hui requérir la reconnaissance d’un commun. Aussi hétérogènes soient-elles, les philosophies contemporaines du commun (P. Dardot & C. Laval ; J.-L. Nancy ; Wittgenstein) refusent toutes – légitimement – de l’établir depuis l’autorité d’une essence, d’une identité ou d’une nature. Mais quelle dimension collective engage donc ce commun sans communautarisme ? Dans quelle mesure est-elle irréductible à la condition humaine ou vitale, probablement non écologique, que privilégient la philosophie socio-politique du/des commun(s) et, plus radicalement, la philosophie continentale contemporaine elle-même (depuis Heidegger et Bergson) ?
Nous travaillerons cette énigme du commun, étrangère à la philosophie socio-politique, à partir de recherches, en littérature (Perec, Ponge) et en peinture (Hammershøi, les impressionnistes), qui la méditent depuis « ce qu’il y a de plus difficile à découvrir » (Blanchot) : le quotidien. Ces recherches singulières invitent à questionner les espaces et les objets du commun – du collectif au quotidien – sans les soumettre au primat de l’humain ou du vital. Comment donc penser le milieu collectif – ni ordinaire, ni événementiel – que cet art du quotidien donne à questionner ?
Ainsi consacrées à une dimension commune ni visible, ni invisible – insistante plutôt que résistante –, les recherches artistiques ici considérées déjouent le couple problématique que la philosophie contemporaine (de Bergson à Deleuze, de Heidegger à Derrida) établit avec l’art. Jusqu’à quel point la simplicité – plutôt que la radicalité – de ces recherches est-elle adéquate à notre exigence écologique ?
Intervenants :
- Jeudi 4 mars : Hugues Choplin, CIPh : L’énigme du commun – à partir de P. Dardot & C. Laval, J.-L. Nancy et Wittgenstein
- Jeudi 18 mars : Pierre Zaoui, Université Paris Diderot, ancien directeur de programme au CIPh : Devenir invisible et communautés imperceptibles : une autre manière d’être ensemble
- Jeudi 8 avril : Alain Milon, Université Paris Nanterre : Ponge contre Blanchot : non, les choses n’apprennent pas à parler…
- Jeudi 6 mai : Éric Hoppenot, INSPE de Paris, Université Paris Sorbonne, et H. Choplin : Perec ou le lieu du commun. Lectures croisées de Ellis Island
- Jeudi 20 mai : H. Choplin : Le commun : des agencements sans vie ? Perec avec et sans Deleuze
- Jeudi 3 juin : Agnès Barincou, collège Descartes, Mons-en-Barœul ; musée LaM, Villeneuve d’Ascq : Peindre l’atmosphère du quotidien (De Hooch, Sisley, Hammershøi) 
- Jeudi 17 juin : H. Choplin : Un art du commun ?

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

L'énigme du commun

Hugues CHOPLIN

dateDate : 03/06/2021 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota benehttps://us02web.zoom.us/j/81337652833

lieu Adresse : Lien Zoom à copier dans votre navigateur

Résumé :


Notre situation écologique semble aujourd’hui requérir la reconnaissance d’un commun. Aussi hétérogènes soient-elles, les philosophies contemporaines du commun (P. Dardot & C. Laval ; J.-L. Nancy ; Wittgenstein) refusent toutes – légitimement – de l’établir depuis l’autorité d’une essence, d’une identité ou d’une nature. Mais quelle dimension collective engage donc ce commun sans communautarisme ? Dans quelle mesure est-elle irréductible à la condition humaine ou vitale, probablement non écologique, que privilégient la philosophie socio-politique du/des commun(s) et, plus radicalement, la philosophie continentale contemporaine elle-même (depuis Heidegger et Bergson) ?
Nous travaillerons cette énigme du commun, étrangère à la philosophie socio-politique, à partir de recherches, en littérature (Perec, Ponge) et en peinture (Hammershøi, les impressionnistes), qui la méditent depuis « ce qu’il y a de plus difficile à découvrir » (Blanchot) : le quotidien. Ces recherches singulières invitent à questionner les espaces et les objets du commun – du collectif au quotidien – sans les soumettre au primat de l’humain ou du vital. Comment donc penser le milieu collectif – ni ordinaire, ni événementiel – que cet art du quotidien donne à questionner ?
Ainsi consacrées à une dimension commune ni visible, ni invisible – insistante plutôt que résistante –, les recherches artistiques ici considérées déjouent le couple problématique que la philosophie contemporaine (de Bergson à Deleuze, de Heidegger à Derrida) établit avec l’art. Jusqu’à quel point la simplicité – plutôt que la radicalité – de ces recherches est-elle adéquate à notre exigence écologique ?
Intervenants :
- Jeudi 4 mars : Hugues Choplin, CIPh : L’énigme du commun – à partir de P. Dardot & C. Laval, J.-L. Nancy et Wittgenstein
- Jeudi 18 mars : Pierre Zaoui, Université Paris Diderot, ancien directeur de programme au CIPh : Devenir invisible et communautés imperceptibles : une autre manière d’être ensemble
- Jeudi 8 avril : Alain Milon, Université Paris Nanterre : Ponge contre Blanchot : non, les choses n’apprennent pas à parler…
- Jeudi 6 mai : Éric Hoppenot, INSPE de Paris, Université Paris Sorbonne, et H. Choplin : Perec ou le lieu du commun. Lectures croisées de Ellis Island
- Jeudi 20 mai : H. Choplin : Le commun : des agencements sans vie ? Perec avec et sans Deleuze
- Jeudi 3 juin : Agnès Barincou, collège Descartes, Mons-en-Barœul ; musée LaM, Villeneuve d’Ascq : Peindre l’atmosphère du quotidien (De Hooch, Sisley, Hammershøi) 
- Jeudi 17 juin : H. Choplin : Un art du commun ?

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

L'énigme du commun

Hugues CHOPLIN

dateDate : 17/06/2021 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota benehttps://us02web.zoom.us/j/81337652833

lieu Adresse : Lien Zoom à copier dans votre navigateur

Résumé :


Notre situation écologique semble aujourd’hui requérir la reconnaissance d’un commun. Aussi hétérogènes soient-elles, les philosophies contemporaines du commun (P. Dardot & C. Laval ; J.-L. Nancy ; Wittgenstein) refusent toutes – légitimement – de l’établir depuis l’autorité d’une essence, d’une identité ou d’une nature. Mais quelle dimension collective engage donc ce commun sans communautarisme ? Dans quelle mesure est-elle irréductible à la condition humaine ou vitale, probablement non écologique, que privilégient la philosophie socio-politique du/des commun(s) et, plus radicalement, la philosophie continentale contemporaine elle-même (depuis Heidegger et Bergson) ?
Nous travaillerons cette énigme du commun, étrangère à la philosophie socio-politique, à partir de recherches, en littérature (Perec, Ponge) et en peinture (Hammershøi, les impressionnistes), qui la méditent depuis « ce qu’il y a de plus difficile à découvrir » (Blanchot) : le quotidien. Ces recherches singulières invitent à questionner les espaces et les objets du commun – du collectif au quotidien – sans les soumettre au primat de l’humain ou du vital. Comment donc penser le milieu collectif – ni ordinaire, ni événementiel – que cet art du quotidien donne à questionner ?
Ainsi consacrées à une dimension commune ni visible, ni invisible – insistante plutôt que résistante –, les recherches artistiques ici considérées déjouent le couple problématique que la philosophie contemporaine (de Bergson à Deleuze, de Heidegger à Derrida) établit avec l’art. Jusqu’à quel point la simplicité – plutôt que la radicalité – de ces recherches est-elle adéquate à notre exigence écologique ?
Intervenants :
- Jeudi 4 mars : Hugues Choplin, CIPh : L’énigme du commun – à partir de P. Dardot & C. Laval, J.-L. Nancy et Wittgenstein
- Jeudi 18 mars : Pierre Zaoui, Université Paris Diderot, ancien directeur de programme au CIPh : Devenir invisible et communautés imperceptibles : une autre manière d’être ensemble
- Jeudi 8 avril : Alain Milon, Université Paris Nanterre : Ponge contre Blanchot : non, les choses n’apprennent pas à parler…
- Jeudi 6 mai : Éric Hoppenot, INSPE de Paris, Université Paris Sorbonne, et H. Choplin : Perec ou le lieu du commun. Lectures croisées de Ellis Island
- Jeudi 20 mai : H. Choplin : Le commun : des agencements sans vie ? Perec avec et sans Deleuze
- Jeudi 3 juin : Agnès Barincou, collège Descartes, Mons-en-Barœul ; musée LaM, Villeneuve d’Ascq : Peindre l’atmosphère du quotidien (De Hooch, Sisley, Hammershøi) 
- Jeudi 17 juin : H. Choplin : Un art du commun ?

>> Partager

    image philosophie