image philosophie

Denis GUENOUN

Ancien(ne) Directeur de programme du 1/07/2004  au 31/12/2004

Direction de programme : L'Europe et l'infini

Résumé : Le programme met en jeu trois orientations principales :
1. A partir de la détermination husserlienne de l’Europe comme lieu de production historique d’une téléologie de l’infini, il s’agit de faire travailler philosophiquement la confrontation entre l’Europe de la pensée et ses divers « dehors » : soit que ceux-ci résultent de tendances initialement européennes, exportées et autonomisées (Amérique, socialisme, colonisation) ; soit qu’on tente de les entendre depuis leurs propres énonciations extra-européennes ou transcontinentales (Islam, Orients).
2. On rapproche cette préoccupation de l’interrogation lévinassienne sur l’infini, comme outrepassement éthique de l’ontologie. Le rapprochement (entre géo-philosophie de l’Europe et au-delà de l’être) conduit à questionner la crise du sujet européen – ou la crise européenne du sujet. Cette situation (critique) est examinée à l’aide de divers outils, au nombre desquels une réflexion sur la dramatisation : sur l’invention européenne du drame moderne, dont les éléments constitutifs (les noyaux d’actions) seront alors interprétés comme décisions. La mise en cause de la clôture, des figurations auto-référentes – des continences – de l’identité dramatisée de l’Europe se cherche dès lors dans l’horizon d’un détrônement de la raison décisionniste.
3. Cette deuxième direction, pensée à partir de Lévinas, est mise elle-même en rapport avec les propositions de H. Jonas pour une philosophie de la vie – par la voie de leur commune invocation d’une éthique de la responsabilité. En effet, la pensée de Jonas invite à interroger la séparation entre éthique et ontologie, en se demandant comment réinscrire dans la naturalité de l’être la virtualité dont naît le souci éthique : sa latence dans la nature comme vie. En ce sens, le principe d’infinité qui émerge en Europe, et dont la pathologie se déploie comme illimitation de la forme-marchandise, trouve dans la mesure de la vie sa limite externe, et le principe (responsable) de sa critique.

Ce programme s’organise autour d’un séminaire et d’un groupe de travail réguliers, d’une série de trois colloques bisannuels, et d’un ensemble de coopérations nationales et internationales.