image philosophie

Eran DORFMAN

Ancien(ne) Directeur de programme Allemagne  du 1/07/2007  au 30/06/2013

Direction de programme : Transformations du quotidien : entre réflexion et expérience irréfléchie

Résumé : La vie quotidienne voit aujourd’hui un renouveau d’intérêt théorique, surtout dans le cadre de la recherche phénoménologique. Mais il se trouve trop souvent que la réflexion philosophique se déclare d’emblée extérieure au quotidien qu’elle décrit, de sorte qu’on masque les liens qui existent entre la réflexion et l’expérience quotidienne, censée rester irréfléchie.
Je propose de concevoir le quotidien comme une tissue de liens réciproques (sociaux, linguistiques, psychologiques, esthétiques…) qui se trouvent dans un processus constant de transformation et de fondation, dans lequel participe également l’activité de la réflexion. Le quotidien n’est donc pas une expérience purement irréfléchie, indépendante de la réflexion qui la thématise. L’irréfléchi et la réflexion se mêlent dans cette expérience, empêchant d’atteindre un domaine irréfléchi pur. De surcroît, le quotidien n’a pas un niveau stable de force et de dynamisme. Il peut être plus ou moins figé ou vivant, plus ou moins éteint ou éveillé, et toute la question est de savoir quels sont les mécanismes qui sont en jeu dans sa variable énergie et quels sont les moyens de la ranimer ou de la ralentir.
Suivant Husserl, Heidegger et Merleau-Ponty, je m’appuierai sur la méthode phénoménologique décrivant l’expérience vécue, tout en essayant d'éviter l'écueil d'une tendance à employer une notion transcendantale puriste (Husserl) ou primordialiste (Heidegger, Merleau-Ponty) de la subjectivité. Je voudrais montrer que l’expérience vécue n’est jamais exempte d’une certaine forme d’idéalisation, car elle est toujours submergée de catégories linguistiques qui la composent et agissent sur elle.
Ensuite, la théorie psychanalytique (notamment Freud et Lacan) et la théorie sociale de l’Ecole de Frankfort seront mises à l’œuvre afin de mieux comprendre d’une part la résistance du sujet au renouvellement du quotidien, et d’autre part la situation historique de notre quotidien, dans une époque nommée moderne ou postmoderne. Je tâcherai de voir comment la pratique intellectuelle, selon l’Ecole de Frankfort, et la pratique thérapeutique, selon la psychanalyse, peuvent agir sur le quotidien et le changer.
Cette analyse multiple débouchera sur une explicitation des mécanismes qui agissent sur l’expérience quotidienne, tout en reconnaissant le fait que cette expérience excède par sa nature tout cadre notionnel strict. Les limites de l'ensemble des approches théoriques existantes seront soumises à la critique, non pas pour dénoncer la théorie au nom d’une prétendue expérience subjective spontanée, irréfléchie et non problématique, mais, au contraire, en vue de développer des instruments théoriques et empiriques attentifs à l’expérience subjective contemporaine.