AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

Repenser l'humain à l'ère des humanités digitales

Anne-Laure FORTIN-TOURNÈS et Françoise KRÁL

dateDate : 12/12/2019 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  Annulé

nota beneInscription obligatoire sur (copier le lien dans votre navigateur) https://form.jotformeu.com/CIPhFormulaires/inscriptions_usic

lieu Adresse : USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris.

Résumé :


Ce séminaire aura pour ambition de penser la spécificité du moment contemporain dans la tension qui le caractérise entre les possibilités offertes par un monde virtuel où les nouvelles technologies et, en particulier, le numérique font surgir le spectre de plus en plus présent d’un corps étendu, virtualisé, et que certains considèrent comme transhumain et le retour au cœur de la cité du corps précaire qui s’affirme comme un contre-discours à la trajectoire promise par l’hypermodernité.
Le séminaire se propose de prendre comme point de départ une analyse des nouveaux types de corporéité, de matérialité et de subjectivité à l’œuvre à l’ère du tout numérique. Loin des théories transhumanistes sur l’obsolescence du corps et la dématérialisation de notre monde contemporain, il s’agira de penser l’humain dans la lignée des recherches sur le posthumain qui s’interrogent sur son devenir, au moment spécifique qui est le nôtre, en croisant les méthodologies d’un champ émergent, celui des humanités digitales, avec celles de l’étude des vulnérabilités, de la pensée du vivant et du lien entre l’homme et la nature. Le séminaire réfléchira également à la nécessité de penser l’émergence de vies et de corps précaires au cœur de la cité, qui semble contredire les promesses d’un virtuel présenté d’emblée comme une nouvelle frontière à l’aune de laquelle les subjectivités tentent de se redéfinir.
En plaçant ses coordonnées à l’intersection de la philosophie et de la littérature, le séminaire explorera les apories de la mise en récit de ces vies et corps précaires. Parce qu’ils sont tout juste visibles et dans l’impossibilité de faire œuvre de sujet, c'est-à-dire de déployer une subjectivité dans une œuvre, ces corps nous interrogent. Ils sont le point d’achoppement de la pensée de l’humain dans notre monde contemporain où le corps peut théoriquement voir ses possibilités décuplées, alors que, dans un même temps, l’expérience déshumanisante de la vie nue que font les corps des laissés pour compte pose la question de l’humain au sein même de nos sociétés contemporaines.
Intervenants :
- Jeudi 3 octobre : Anne-Laure Fortin-Tournès, université du Mans : Du corps virtuel au corps réel réduit à la « vie nue », que fait l’humain aujourd’hui ?
et Françoise Král, université Paris Nanterre : À corps perdu : l’humain et son droit de cité

- Jeudi 17 octobre : Nilüfer Göle, EHESS : Le retour de la cité et les politiques de visibilités
et Anne Sauvagnargues, université Paris Nanterre : Sémiotechniques

- Jeudi 7 novembre : Jean-Jacques Lecercle, université Paris Nanterre : Le corps du monstre sans-papiers

- Jeudi 21 novembre : Thomas Y Levin, Princeton University : Disembodied Speech, Ghost Archives, and the Media Archaeology of Voice Mail

- J. 5 déc. : SÉANCE ANNULÉE EN RAISON DES GRÈVES DE TRANSPORT (Claire Joubert, université Paris 8-Vincennes-Saint Denis : Retour des humanités : diagnostic dans le contemporain)

- J. 12 déc. : SÉANCE ANNULÉE EN RAISON DES GRÈVES DE TRANSPORT (Jacqueline Wernimont, Dartmouth College : Numbered Lives: Quantifying the body
et Matthew MacGrath, Rutgers University : Appearances, perceptual knowledge and the digital )

- Jeudi 16 janvier : Arnaud Regnauld, université Paris 8-Vincennes-Saint Denis : À quoi bon la dérive en contexte numérique ? 
et Jérôme Valluy, université Paris 1-Panthéon Sorbonne : Digital humanities/humanités numériques : entre controverses scientifiques et recherches inabouties de définitions consensuelles

- Jeudi 30 janvier : Joanne Lalonde, université du Québec à Montréal : Transformations des pratiques performatives collaboratives et des modes d’exposition en contexte numérique
et Rada Iveković, université de Saint-Etienne : Quel sujet du politique ? Le vivant ou l’humain ?

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

Repenser l'humain à l'ère des humanités digitales

Anne-Laure FORTIN-TOURNÈS et Françoise KRÁL

dateDate : 16/01/2020 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur (copier le lien dans votre navigateur) https://form.jotformeu.com/CIPhFormulaires/inscriptions_usic

lieu Adresse : USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris.

Résumé :


Ce séminaire aura pour ambition de penser la spécificité du moment contemporain dans la tension qui le caractérise entre les possibilités offertes par un monde virtuel où les nouvelles technologies et, en particulier, le numérique font surgir le spectre de plus en plus présent d’un corps étendu, virtualisé, et que certains considèrent comme transhumain et le retour au cœur de la cité du corps précaire qui s’affirme comme un contre-discours à la trajectoire promise par l’hypermodernité.
Le séminaire se propose de prendre comme point de départ une analyse des nouveaux types de corporéité, de matérialité et de subjectivité à l’œuvre à l’ère du tout numérique. Loin des théories transhumanistes sur l’obsolescence du corps et la dématérialisation de notre monde contemporain, il s’agira de penser l’humain dans la lignée des recherches sur le posthumain qui s’interrogent sur son devenir, au moment spécifique qui est le nôtre, en croisant les méthodologies d’un champ émergent, celui des humanités digitales, avec celles de l’étude des vulnérabilités, de la pensée du vivant et du lien entre l’homme et la nature. Le séminaire réfléchira également à la nécessité de penser l’émergence de vies et de corps précaires au cœur de la cité, qui semble contredire les promesses d’un virtuel présenté d’emblée comme une nouvelle frontière à l’aune de laquelle les subjectivités tentent de se redéfinir.
En plaçant ses coordonnées à l’intersection de la philosophie et de la littérature, le séminaire explorera les apories de la mise en récit de ces vies et corps précaires. Parce qu’ils sont tout juste visibles et dans l’impossibilité de faire œuvre de sujet, c'est-à-dire de déployer une subjectivité dans une œuvre, ces corps nous interrogent. Ils sont le point d’achoppement de la pensée de l’humain dans notre monde contemporain où le corps peut théoriquement voir ses possibilités décuplées, alors que, dans un même temps, l’expérience déshumanisante de la vie nue que font les corps des laissés pour compte pose la question de l’humain au sein même de nos sociétés contemporaines.
Intervenants :
- Jeudi 3 octobre : Anne-Laure Fortin-Tournès, université du Mans : Du corps virtuel au corps réel réduit à la « vie nue », que fait l’humain aujourd’hui ?
et Françoise Král, université Paris Nanterre : À corps perdu : l’humain et son droit de cité

- Jeudi 17 octobre : Nilüfer Göle, EHESS : Le retour de la cité et les politiques de visibilités
et Anne Sauvagnargues, université Paris Nanterre : Sémiotechniques

- Jeudi 7 novembre : Jean-Jacques Lecercle, université Paris Nanterre : Le corps du monstre sans-papiers

- Jeudi 21 novembre : Thomas Y Levin, Princeton University : Disembodied Speech, Ghost Archives, and the Media Archaeology of Voice Mail

- J. 5 déc. : SÉANCE ANNULÉE EN RAISON DES GRÈVES DE TRANSPORT (Claire Joubert, université Paris 8-Vincennes-Saint Denis : Retour des humanités : diagnostic dans le contemporain)

- J. 12 déc. : SÉANCE ANNULÉE EN RAISON DES GRÈVES DE TRANSPORT (Jacqueline Wernimont, Dartmouth College : Numbered Lives: Quantifying the body
et Matthew MacGrath, Rutgers University : Appearances, perceptual knowledge and the digital )

- Jeudi 16 janvier : Arnaud Regnauld, université Paris 8-Vincennes-Saint Denis : À quoi bon la dérive en contexte numérique ? 
et Jérôme Valluy, université Paris 1-Panthéon Sorbonne : Digital humanities/humanités numériques : entre controverses scientifiques et recherches inabouties de définitions consensuelles

- Jeudi 30 janvier : Joanne Lalonde, université du Québec à Montréal : Transformations des pratiques performatives collaboratives et des modes d’exposition en contexte numérique
et Rada Iveković, université de Saint-Etienne : Quel sujet du politique ? Le vivant ou l’humain ?

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Arts et littérature

Repenser l'humain à l'ère des humanités digitales

Anne-Laure FORTIN-TOURNÈS et Françoise KRÁL

dateDate : 30/01/2020 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur (copier le lien dans votre navigateur) https://form.jotformeu.com/CIPhFormulaires/inscriptions_usic

lieu Adresse : USIC, 18 rue de Varenne, 75007 Paris.

Résumé :


Ce séminaire aura pour ambition de penser la spécificité du moment contemporain dans la tension qui le caractérise entre les possibilités offertes par un monde virtuel où les nouvelles technologies et, en particulier, le numérique font surgir le spectre de plus en plus présent d’un corps étendu, virtualisé, et que certains considèrent comme transhumain et le retour au cœur de la cité du corps précaire qui s’affirme comme un contre-discours à la trajectoire promise par l’hypermodernité.
Le séminaire se propose de prendre comme point de départ une analyse des nouveaux types de corporéité, de matérialité et de subjectivité à l’œuvre à l’ère du tout numérique. Loin des théories transhumanistes sur l’obsolescence du corps et la dématérialisation de notre monde contemporain, il s’agira de penser l’humain dans la lignée des recherches sur le posthumain qui s’interrogent sur son devenir, au moment spécifique qui est le nôtre, en croisant les méthodologies d’un champ émergent, celui des humanités digitales, avec celles de l’étude des vulnérabilités, de la pensée du vivant et du lien entre l’homme et la nature. Le séminaire réfléchira également à la nécessité de penser l’émergence de vies et de corps précaires au cœur de la cité, qui semble contredire les promesses d’un virtuel présenté d’emblée comme une nouvelle frontière à l’aune de laquelle les subjectivités tentent de se redéfinir.
En plaçant ses coordonnées à l’intersection de la philosophie et de la littérature, le séminaire explorera les apories de la mise en récit de ces vies et corps précaires. Parce qu’ils sont tout juste visibles et dans l’impossibilité de faire œuvre de sujet, c'est-à-dire de déployer une subjectivité dans une œuvre, ces corps nous interrogent. Ils sont le point d’achoppement de la pensée de l’humain dans notre monde contemporain où le corps peut théoriquement voir ses possibilités décuplées, alors que, dans un même temps, l’expérience déshumanisante de la vie nue que font les corps des laissés pour compte pose la question de l’humain au sein même de nos sociétés contemporaines.
Intervenants :
- Jeudi 3 octobre : Anne-Laure Fortin-Tournès, université du Mans : Du corps virtuel au corps réel réduit à la « vie nue », que fait l’humain aujourd’hui ?
et Françoise Král, université Paris Nanterre : À corps perdu : l’humain et son droit de cité

- Jeudi 17 octobre : Nilüfer Göle, EHESS : Le retour de la cité et les politiques de visibilités
et Anne Sauvagnargues, université Paris Nanterre : Sémiotechniques

- Jeudi 7 novembre : Jean-Jacques Lecercle, université Paris Nanterre : Le corps du monstre sans-papiers

- Jeudi 21 novembre : Thomas Y Levin, Princeton University : Disembodied Speech, Ghost Archives, and the Media Archaeology of Voice Mail

- J. 5 déc. : SÉANCE ANNULÉE EN RAISON DES GRÈVES DE TRANSPORT (Claire Joubert, université Paris 8-Vincennes-Saint Denis : Retour des humanités : diagnostic dans le contemporain)

- J. 12 déc. : SÉANCE ANNULÉE EN RAISON DES GRÈVES DE TRANSPORT (Jacqueline Wernimont, Dartmouth College : Numbered Lives: Quantifying the body
et Matthew MacGrath, Rutgers University : Appearances, perceptual knowledge and the digital )

- Jeudi 16 janvier : Arnaud Regnauld, université Paris 8-Vincennes-Saint Denis : À quoi bon la dérive en contexte numérique ? 
et Jérôme Valluy, université Paris 1-Panthéon Sorbonne : Digital humanities/humanités numériques : entre controverses scientifiques et recherches inabouties de définitions consensuelles

- Jeudi 30 janvier : Joanne Lalonde, université du Québec à Montréal : Transformations des pratiques performatives collaboratives et des modes d’exposition en contexte numérique
et Rada Iveković, université de Saint-Etienne : Quel sujet du politique ? Le vivant ou l’humain ?

>> Partager

    image philosophie