AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Politique et société

Formes de temporalité plurielle dans la pensée de Marx

Vittorio MORFINO

dateDate : 03/12/2018 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur (copier le lien dans votre navigateur)
https://form.jotformeu.com/CIPhFormulaires/sem_morfino_s1_2018-19

lieu Adresse : PRD02, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris

Résumé :


Si l’on considère les œuvres de Marx et d’Engels qui ont contribué à construire l’image dominante du marxisme, tels, pour ne prendre que quelques exemples, le Manifeste du parti communiste, la Préface du 59 et l’Anti-Dühring, on remarquera la dominance d’une idée linéaire et progressive du temps, qui justifie pleinement le schéma de lecture proposé par Löwith, selon lequel la philosophie de l’histoire moderne est une sécularisation de la théologie joachimite, une immanentisation du modèle augustinien de la civitas Dei. Cependant, on peut trouver dans l’œuvre de Marx de nombreux passages où ce schéma est moins abandonné que compliqué à travers l’évocation d’une pluralité temporelle qui ne se laisse pas réduire à une unité ni à une série de stades successifs : à partir de certaines pages de jeunesse de « L’introduction à la Critique de la philosophie du droit hégélienne », où l’ontologisation de la figure de l’anachronisme est utilisée pour penser la non contemporanéité interne à l’Europe du Nord, en passant par Les luttes de classes en France et le 18 Brumaire, où la pluralité des temps vient compliquer le schéma linéaire du Manifeste, jusqu’aux pages, très célèbres, de l’« Introduction du 1857 ». Et encore, à partir du célèbre chapitre de Marx sur l’accumulation primitive où la naissance du capitalisme est pensée à travers un modèle complexe de temporalités hétérogènes (économiques, politiques, religieuses) sans que l’on puisse saisir un accord ex ante entre elles, une harmonie préétablie, à travers la temporalité complexe du mode de production capitaliste décrit dans le livre II du Capital, là où c’est justement l’entrelacs des temps (ceux de la production, de la circulation, de la rotation) qui permet de penser sa reproduction, jusqu’aux écrits sur la commune rurale russe, où apparaissent une série de concepts tels que « milieu historique », « formation primaire », « secondaire », etc., et, finalement, jusqu’aux cahiers ethnologiques dans lesquels l’histoire est pensée à travers un modèle multilinéaire.
Séances avec intervenant :
- Lundi 19 novembre : Didier Contandini
- Lundi 3 décembre : Stavros Tombazos (University of Cyprus) : L'« histoire universelle » et la notion de la liberté

>> Partager

    image philosophie