AGENDA

  •   Séminaires
  •   Colloques, Conférences, Rencontres
  •   Samedi, Débat autour d’un livre, Forums
Chargement…
Problème de Chargement…

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

La notion de connaissance clinique

Philippe LACOUR

dateDate : 06/03/2018 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur (copier le lien dans votre navigateur)
https://form.jotformeu.com/CIPhFormulaires/lacour_philippe_2018_03_06

lieu Adresse : Salle PrM103, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris

Résumé :


Ce projet vise à souligner la valeur et la fécondité de la connaissance clinique, tout particulièrement dans le domaine des sciences de la culture (humaines/sociales). Le terme de « clinique » n’est pas défini en un sens strictement médical mais, de façon plus large, comme connaissance interprétative des singularités, et dans sa dimension de diagnostic (et non de thérapeutique). L’enquête se situe à l’intersection de la philosophie symbolique, de la linguistique et de la théorie de la connaissance, mobilisant des références issues de traditions qui s’ignorent souvent, ou se méconnaissent.
Ce programme d’étude sera déployé selon trois axes. D’abord, nous commencerons par un effort de délimitation de cette connaissance spécifique, en précisant ses modalités à la lumière des différentes disciplines où elle apparaît, de façon plus ou moins explicite. Ensuite, nous chercherons à définir de façon rigoureuse la notion de symbolique, en montrant en quoi elle implique nécessairement une interprétation. Enfin, nous soulignerons que cette dimension interprétative de la sémantique n’est ni illusoire, ni purement psychologique, mais proprement symbolique.
Cette première année, nous nous efforcerons de délimiter les contours de la notion en examinant certains de ses terrains de prédilection : médecine, psychologie, psychanalyse, bien sûr, mais aussi histoire, linguistique, littérature, informatique (le ciblage individuel). Nous chercherons également à éclaircir le sens de la notion à partir des travaux de certains auteurs (Foucault et Deleuze, notamment). Nous nous demanderons si la connaissance clinique relève d’un simple art (accumulation d’une expérience en première personne), ou si on peut la considérer comme un savoir (justifiable, public, transmissible). Quels rôles y jouent la comparaison et le contraste, la constitution de cas, l’étude historique ? S’appuie-t-on, les concernant, sur des théories solides ou sur des généralisations mouvantes ?
Intervenants :
- Jeudi 15 février : Alexandre Gefen (CNRS) : La littérature et la visée de l’individuel

La littérature peut-elle se faire une entreprise clinique ? Que promettent les discours contemporains aux écrivains et aux lecteurs ? Qu’en est-il des promesses de la bibliothérapie ? Ce sont quelques-unes de questions que posent le tournant thérapeutique contemporain de la littérature.

Alexandre GEFEN est Directeur de Recherche au CNRS (UMR Thalim/Université Paris 3 - Sorbonne nouvelle). Directeur Adjoint Scientifique de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS, fondateur de Fabula.org, il travaille sur la théorie littéraire, les littératures contemporaines et les Humanités numériques. Il est par ailleurs critique littéraire. Dernières parutions : Vies imaginaires de la littérature française, Paris, Gallimard, 2014 ; Art et émotions, Armand Colin, 2015 ; Inventer une vie. La fabrique littéraire de l’individu, Les Impressions Nouvelles, 2015. Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Corti, 2017.

- Mardi 6 mars : Guénaël Visentini (Doctorant-moniteur, université Paris-Diderot – Paris 7, Centre de Recherche Psychanalyse Médecine et Société (EA 3522), psychologue clinicien) : le modèle du cas unique en psychanalyse
- Jeudi 8 mars : Stéphanie Dupouy (Université de Strasbourg) et Thibaud Trochu (Centre Koyré) : Les philosophes-médecins face à la clinique

>> Partager

    image philosophie

Séminaire Philosophie/Sciences humaines

La notion de connaissance clinique

Philippe LACOUR

dateDate : 08/03/2018 heure Début : 18h30 -> Fin : 20h30  O.K.

nota beneInscription obligatoire sur (copier le lien dans votre navigateur)
https://form.jotformeu.com/CIPhFormulaires/lacour_philippe_2018_03_08

lieu Adresse : Salle PrD101, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris

Résumé :


Ce projet vise à souligner la valeur et la fécondité de la connaissance clinique, tout particulièrement dans le domaine des sciences de la culture (humaines/sociales). Le terme de « clinique » n’est pas défini en un sens strictement médical mais, de façon plus large, comme connaissance interprétative des singularités, et dans sa dimension de diagnostic (et non de thérapeutique). L’enquête se situe à l’intersection de la philosophie symbolique, de la linguistique et de la théorie de la connaissance, mobilisant des références issues de traditions qui s’ignorent souvent, ou se méconnaissent.
Ce programme d’étude sera déployé selon trois axes. D’abord, nous commencerons par un effort de délimitation de cette connaissance spécifique, en précisant ses modalités à la lumière des différentes disciplines où elle apparaît, de façon plus ou moins explicite. Ensuite, nous chercherons à définir de façon rigoureuse la notion de symbolique, en montrant en quoi elle implique nécessairement une interprétation. Enfin, nous soulignerons que cette dimension interprétative de la sémantique n’est ni illusoire, ni purement psychologique, mais proprement symbolique.
Cette première année, nous nous efforcerons de délimiter les contours de la notion en examinant certains de ses terrains de prédilection : médecine, psychologie, psychanalyse, bien sûr, mais aussi histoire, linguistique, littérature, informatique (le ciblage individuel). Nous chercherons également à éclaircir le sens de la notion à partir des travaux de certains auteurs (Foucault et Deleuze, notamment). Nous nous demanderons si la connaissance clinique relève d’un simple art (accumulation d’une expérience en première personne), ou si on peut la considérer comme un savoir (justifiable, public, transmissible). Quels rôles y jouent la comparaison et le contraste, la constitution de cas, l’étude historique ? S’appuie-t-on, les concernant, sur des théories solides ou sur des généralisations mouvantes ?
Intervenants :
- Jeudi 15 février : Alexandre Gefen (CNRS) : La littérature et la visée de l’individuel

La littérature peut-elle se faire une entreprise clinique ? Que promettent les discours contemporains aux écrivains et aux lecteurs ? Qu’en est-il des promesses de la bibliothérapie ? Ce sont quelques-unes de questions que posent le tournant thérapeutique contemporain de la littérature.

Alexandre GEFEN est Directeur de Recherche au CNRS (UMR Thalim/Université Paris 3 - Sorbonne nouvelle). Directeur Adjoint Scientifique de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS, fondateur de Fabula.org, il travaille sur la théorie littéraire, les littératures contemporaines et les Humanités numériques. Il est par ailleurs critique littéraire. Dernières parutions : Vies imaginaires de la littérature française, Paris, Gallimard, 2014 ; Art et émotions, Armand Colin, 2015 ; Inventer une vie. La fabrique littéraire de l’individu, Les Impressions Nouvelles, 2015. Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Corti, 2017.

- Mardi 6 mars : Guénaël Visentini (Doctorant-moniteur, université Paris-Diderot – Paris 7, Centre de Recherche Psychanalyse Médecine et Société (EA 3522), psychologue clinicien) : le modèle du cas unique en psychanalyse
- Jeudi 8 mars : Stéphanie Dupouy (Université de Strasbourg) et Thibaud Trochu (Centre Koyré) : Les philosophes-médecins face à la clinique

>> Partager

    image philosophie