Colloque « Défis de l'archive » Rencontres internationales

En 1995, Jacques Derrida diagnostiquait un Mal d’archive. L’avenir ne l’a pas démenti. Les archives sont à l’époque contemporaine au cœur de problématiques techniques complexes dont les enjeux politiques – et démocratiques – sont immenses. L’originalité de ces rencontres a consisté à faire dialoguer des théoriciens de l’archive et des praticiens de l’archivage, philosophes, anthropologues, historiens, critiques et des archivistes et documentalistes. Entre théorie et pratique ont été soulevés les défis contemporains de l’archive à l’ère de la numérisation et de l’archivage massif des données tant personnelles que publiques.

12-02-2020

Bruno Ricard, directeur des Archives nationales
Isabelle Alfandary, directrice du Collège international de philosophie

ARCHIVES EN PÉRIL
Modérateur : Yann Potin (Archives nationales)

Conférence plénière : Annette Wieviorka (CNRS ; Conseil supérieur des archives)
Essai d’ego-archives . Texte lu par Marianne Amar

Table ronde Archives en péril
En novembre 2011, l’Unesco approuvait la Déclaration universelle des archives, déclaration destinée à promouvoir la place des archives dans les société modernes, tant en termes de préservation de la mémoire collective que de soutien à la démocratie et aux droits de l’homme. Huit ans après pourtant, les constats alarmants qui avaient présidé à cette Déclaration restent les mêmes, voire s’amplifient : destruction d’archives lors des conflits, réutilisations abusives, négligence dans la conservation, manque de professionnels, fragilité du numérique etc. Nos archives restent pour partie en péril ou le deviennent, quels enseignements tirons-nous de l’histoire et comment l’Humanité peut- elle encore réagir ?
Andrea Hänger (Bundesarchiv) 
 Le rôle des archives lors des processus de transformation : le cas de l’Allemagne
Jean-Pierre Bat (Unesco) Archives et droits de l’homme : des archives de la terreur à la réconciliation par les archives
Sophie Cœuré (Université de Paris)
 Les archives dans les guerres : le retour d’expérience sert-il à protéger ou à spolier ?
Valérie Pozner (CNRS)
 Le destin des archives filmiques : le cas soviétique

ARCHIVES ET DÉMOCRATIE
Modératrice : Anne-Lorraine Bujon (Revue Esprit)

Table ronde Archives et démocratie

La Déclaration universelle des archives a souligné le rôle essentiel joué par les archives pour la vie démocratique. Leur conservation, leur ouverture à la recherche et aux citoyens constitue en effet un pivot du projet démocratique moderne. Quels sont les liens entre archives et démocratie ? À quels défis nouveaux les professionnels des archives et de la recherche, tout comme les citoyens, sont-ils confrontés à l’heure de la “crise de la démocratie” ? Face à la mise en cause du lien entre vérité et liberté, à la généralisation des fake news et de l’idée de “post- vérité”, le rôle dévolu aux archives semble plus important que jamais.
Marc-Olivier Baruch (EHESS)
 Archives, démocratie... et administration
Nicolas Roussellier (Centre d’histoire de Sciences-Po)
 Amour et réticence : la démocratie comme productrice d’archives politiques
Sylvie Thenault (CNRS, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains)
 Dérogation générale et archives contemporaines
Ania Szczepańska (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)
 Archives et populisme : des images trop convoitées ?

Conférence plénière : Ann Stoler (The New School, New-York)
Une archive autrement et d’ailleurs

ARCHIVES DE SOI
Modérateur : Emmanuel Laurentin (France culture)

Conférence plénière : Philippe Artières (CNRS) L’archivage comme pratique de soi

Table ronde Archives de soi
À l’époque de la numérisation généralisée où chacun raconte son histoire à travers les réseaux sociaux en constituant ainsi, et sans vraiment en avoir conscience, une gigantesque base de données archivistiques, il semble nécessaire de repenser le sens d’un geste toujours singulier. Pourquoi chacun éprouve-t-il le besoin d’inventer son archive ? Pourquoi faut-il s’écrire et faire œuvre autobiographique ? L’archive de soi est sans doute idiomatique, irremplaçable et unique. Elle peut préserver une mémoire toujours fragile, témoigner ou encore reconstruire un passé disparu. Autour de son sens énigmatique se réuniront des chercheurs de différentes disciplines.
Isabelle Lacoue-Labarthe (Sciences Po Toulouse)
 Ego-histoire : quand les historiens s’archivent
Patrice Marcilloux (Université d’Angers)
 Archives de soi, archives pour soi
Hélène Dumas (CNRS, Institut d’histoire du temps présent)
 « Mon histoire scelle la bouche à jamais » : voir le génocide des Tutsi par la voix des enfants survivants
Jean-François Laé (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis) 
 Archive personnelle et récit de soi : des forces contraires ?

AVENIR DE L’ARCHIVE
Modératrice : Isabelle Alfandary (CIPh)

Table-ronde Avenir de l’archive
Au vu de l’abondance de données accessibles sur le net, de nouvelles questions se posent : bientôt l’ensemble des archives sera-t-il accessible de chez soi ? Que deviennent les réponses aux questions de confidentialité, de préservation, de réutilisation des données numériques ? Que deviendront les archivistes, bibliothécaires, documentalistes quand l’intelligence artificielle permettra à chacun de s’orienter dans l’abondance d’informations voire enrichira seule leur description ?
Les outils numériques remettent en question les limites des collections, ainsi que leur ancrage dans des institutions nationales, transforment les compétences requises, redéfinissent les publics et les usages des documents préservés. Il nous revient d’expertiser la réalité des impacts du numérique sur nos sociétés et notre mémoire collective au risque de perdre la maîtrise des connaissances de l’humanité.
Etienne Anheim (EHESS)
 Extension(s) du domaine de l’archive
Marie-Anne Chabin (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis)
 L’archive, entre construction et destruction
Jean-Séverin Lair (DINSIC) Du carton de dossiers au flux numérique, un changement de paradigme pour l’archiviste
Valérie Schafer (C2DH, Université du Luxembourg) 
 L’archive sera médiée ou ne sera pas
Aurèle Crasson (CNRS)
 Les enjeux des archives nativement numériques : l’exemple du projet Derrida Hexadécimal

Conférence plénière : Patrick Boucheron (Collège de France)
Les futurs du passé archivé

Ce colloque a été organisé avec le soutien :des Archives diplomatiques du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, des Archives nationales, du Collège de France, du Collège international de philosophie, de l’Institut national de l’audiovisuel (INA), du Musée national de l’histoire de l’immigration, de l’Université Paris Lumières (UPL).

Comité scientifique :
- Académie des sciences-Institut de France, Isabelle Maurin-Joffre ;
- Archives diplomatiques du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, Isabelle Richefort ;
- Archives nationales, Françoise Lemaire, Geneviève Profit ;
- Bibliothèque nationale de France (BnF), Isabelle le Masne de Chermont ;
- Collège de France, Christophe Labaune, Céline Surprenant « Passage des disciplines » ;
- Collège international de philosophie (CIPh), Isabelle Alfandary, Pierre Arnoux, Vincent Jacques Élise Lamy-Rested, Luca Paltrinieri, Nathalie Périn ;
- École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Julien Blanc, Goulven Le Brech ;
- Institut français, Vincent Mano, Judith Roze ;
- Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC), François Bordes ;
- Institut national de l’audiovisuel (INA), Agnès Magnien ;
- Musée du Louvre, Dominique de Font-Réaulx, Néguine Mathieux ;
- Musée national de l’histoire de l’immigration, Marianne Amar ;
- Kingston University, Simon Morgan Wortham ;
- University of California, Irvine, Georges Van Den Abbeele, Audra Eagle Yun ;
- Université du Chili à Santiago, Roberto Aceituno ;
et
- Arnaud Esquerre (sociologue, CNRS) ;
- Isabelle Lacoue-Labarthe (historienne, Sciences Po Toulouse) ;
- Benedetta Zaccarello (philosophe, CNRS).