CIPh : Agenda
Les activités programmées le 26 novembre 2013

/ Séminaires

The Song Remains the Same ?
À l'écoute des musiques électriques

BOUCHEMIT Jade, GUESDE Catherine et PÉNASSE Jean-Philippe
Philosophie, arts et littérature

afficher les détails Détails
18h30-20h30
Ven 18 oct : Salle de danse, Point Ephémère, 200 quai de Valmy, 75010 Paris
Mar 12 nov, Mar 26 nov, Mar 10 déc, Mar 7 jan, Mar 14 jan : Salle JA01 Maurice Allais, Carré des Sciences, 1 rue Descartes, 75005 Paris
Pour les séances de séminaire se déroulant au Carré des sciences, vous devez donner votre nom et présenter votre pièce d'identité ou votre passeport, à l'exclusion de tout autre document, au vacataire du Collège.
Séminaire organisé en collaboration avec la revue Oscillations et la revue Volume !
 
Le rock est un objet mixte tout autant défini par ses dimensions sociale, culturelle et politique que par sa dimension esthétique. Si celles-là font l'objet d'études dans le champ des sciences sociales depuis une trentaine d'années, la question de celle-ci semble rester en suspens, et la philosophie, lorsqu'elle s'est quelquefois employée à y répondre, a souvent privilégié une essentialisation du rock aux dépens de son hybridité et de sa mutabilité caractéristiques. C'est pour tenter d'y remédier que nous souhaitons proposer ici une approche interdisciplinaire des musiques électriques au sens large, où la philosophie –  au-delà de la seule ontologie  – interrogera les convergences entre formes esthétiques, convictions politiques, préceptes éthiques et modes de vie –  sans toutefois omettre les apports fondamentaux des sciences sociales en la matière. L'articulation de ces différentes dimensions se fera prioritairement  autour de la question de l'écoute, car celle-ci permet, à notre sens, de prendre en compte les pratiques qui entourent le rock autant que les œuvres rock elles-mêmes, mais aussi d'identifier les modalités selon lesquelles les premières co-constituent les secondes ou en font apparaître des aspects inattendus.  
 
Intervenants :
- Vendredi 18 octobre : Séance introductive  : Boyan Manchev (Université de Sofia, ancien directeur de programme au CIPh) 
 
- Mardi 12 novembre : Écoute subversive
avec Pierre Arnoux (agrégé de philosophie, professeur du secondaire) et Mathieu Potte-Bonneville (ENS-Lyon, ancien président du CIPh)
 
- Mardi 26 novembre : Écoute subie
avec Peter Szendy (Université Paris Ouest Nanterre) et Vincent Rouzé (Université Paris 8) 
 
- Mardi 10 décembre : Écoute corporelle
avec Catherine Guesde (doctorante Université Paris  1) et Dario Rudy (doctorant EHESS) 
 
- Mardi 7 janvier : Écoute cyclique
avec Iannis Lallemand (artiste, chercheur EnsadLab) et Jean-Philippe Pénasse (co-responsable du numéro Philosophies des musiques électriques, revue Rue Descartes, 2008)
 
- Mardi 14 janvier : Écoute numérique
avec Jade Bouchemit (rédacteur en chef de la revue Oscillations) et Stephan-Eloïse Gras (doctorante CELSA-Sorbonne et Université Paris  8) 

/ La philosophie de l'ordinaire de Montaigne à Cavell (II).
L'exercice spirituel

Emiliano FERRARI
Philosophie et éducation

afficher les détails Détails
18h30-20h30
Mar 19 nov : Salle JA05 Germaine Tillion, Carré des Sciences, 1 rue Descartes, 75005 Paris
Mar 26 nov : Salle PrM-1.02, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris
Mar 3 déc : Salle PrM-1.03, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris
Mar 10 déc, Mar 17 déc, Mar 7 jan, Jeu 16 jan, Ven 24 jan : Salle PrM-1.02, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris
Pour les séances de séminaire se déroulant au Carré des sciences, vous devez donner votre nom et présenter votre pièce d'identité ou votre passeport, à l'exclusion de tout autre document, au vacataire du Collège.
Séminaire organisé en collaboration avec l'Institut de Recherches Philosophiques de Lyon (IRPhiL, EA 4187).
 
Pourquoi ne pas réaliser votre monde  ?
Ralph Waldo Emerson
 
La vision de la philosophie comme exercice spirituel, telle qu’elle a été valorisée par Pierre Hadot en rapport aux discours philosophiques de l’Antiquité, sera le fil conducteur du séminaire. Il s’agira d’évaluer notamment la pertinence moderne et contemporaine de la notion d’exercice spirituel, en tant que solidaire de la philosophie de l’ordinaire depuis Montaigne jusqu’à Cavell. À partir de la conviction que la philosophie n’est pas une activité purement spéculative et théorisante, nous tâcherons d’explorer les façons par lesquelles la pensée philosophique, depuis l’époque moderne, s’est édifiée dans un rapport étroit avec la dimension vécue de l’ordinaire. Ainsi, elle a pu valoriser toutes les possibilités que lui offrait la tradition de l’exercice spirituel, en tant que transformation pratique de la vision du monde et de la personnalité (perfectionnisme moral). On pourra considérer comment les formes littéraires de l’expression d’une pensée (l’essai, le traité, la méditation, la maxime…), engagent toujours une certaine représentation de la philosophie et de la manière par laquelle celle-ci peut prétendre à décrire, former et transformer notre vie (il suffit de penser aux œuvres de Montaigne, de Descartes, des Moralistes français, de Rousseau, d’Emerson, etc.). Il s’agira de comprendre ensuite comment l’exercice spirituel, par les activités psychiques qu’il mobilise (jugement, imagination, mémoire, perception), permet à la pensée d’agir réellement sur notre vie. La philosophie de l’ordinaire vise à une intelligence de la vie qui n’échoue pas «  à la preuve de l’action  » (Montaigne), selon une attitude que nous retrouvons dans le courant pragmatiste américain, pour lequel les concepts philosophiques sont à évaluer en rapport à leurs effets sur notre vie et sur notre aptitude à agir d’une façon pertinente et épanouissante. On s’arrêtera enfin sur les transformations historiques de l’«  exercice spirituel  », pour réfléchir aux rapports entre la philosophie et les formes contemporaines de l’exercice (le voyage, le cinéma, la littérature…), ce qui nous amènera à repenser la vieille idée d’éclectisme, mal vue depuis toujours, mais qui pourrait être appropriée pour appréhender le rapport entre l’individu et la pratique philosophique dans notre société.
 
Intervenants :
Mardi 19 novembre :
- Emiliano Ferrari (Université Lyon 3 - IRPhiL) : Présentation du séminaire
- Xavier Pavie (chercheur-associé à l'Institut de recherches philosophiques, Université Paris Ouest, enseignant a l'ESSEC)  : Exercices spirituels, de l'Antiquité au contemporain : se confronter à l'ordinaire
 
Mardi 26 novembre :
- Emiliano Ferrari  : «  La plus ordinaire recepte aux maladies de l'ame  »  : la «  diversion  »  comme exercice spirituel chez Montaigne
 
Mardi 3 décembre :
- Emiliano Ferrari  : Contre la tyrannie des livres  : Emerson et l'exercice de la «  lecture créative  »
 
Mardi 10 décembre  : 
- Frédéric Lelong  (Université de Neuchâtel)  : Les exercices de l'honnête homme et la conduite de la vie chez Descartes
 
Mardi 17 décembre :
- Daniele Lorenzini (Université Paris-Est Créteil,  Sapienza Università di Roma)  : Les exercices spirituels comme techniques de l’ordinaire chez Cavell, Foucault et Hadot
- Sandra Laugier  (Université Paris 1)  : Langage ordinaire et perfectionnisme moral    
 
Mardi 7 janvier :
- Olivier Guerrier (Université Toulouse II-Le Mirail, IUF)  : Foucault, Montaigne et les exercices spirituels humanistes
 
Jeudi 16 janvier :
- Jean-Charles Darmon (Université de Versailles,  IUF)  : Entre exercices spirituels et esthétiques du divertissement  : remarques sur quelques variations de la pensée morale entre Age Baroque et Lumières
- Emmanuel Bury (Université de Versailles)  : Pensée de la morale, entre trait d'esprit et exercice spirituel, de La Rochefoucauld à La Bruyère
 
Vendredi 24 janvier  : 
- Emiliano Ferrari  : Philosophie et exercices spirituels dans la société contemporaine (littérature, sport, voyage, cinéma

/ Impouvoir et violence : Derrida et la souveraineté

ODELLO Laura
Philosophie et philosophies

afficher les détails Détails
18h30-20h30
Mar 12 nov : Salle JA05 Germaine Tillion, Carré des Sciences, 1 rue Descartes, 75005 Paris
Mar 19 nov : Salle JA01 Maurice Allais, Carré des Sciences, 1 rue Descartes, 75005 Paris
Mar 26 nov : Salle JA05 Germaine Tillion, Carré des Sciences, 1 rue Descartes, 75005 Paris
Mar 3 déc : Salle JA01 Maurice Allais, Carré des Sciences, 1 rue Descartes, 75005 Paris
Mar 10 déc : Salle JA05 Germaine Tillion, Carré des Sciences, 1 rue Descartes, 75005 Paris
Mar 17 déc : Salle JA01 Maurice Allais, Carré des Sciences, 1 rue Descartes, 75005 Paris
Mar 7 jan : Salle PrM-1.03, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis, 75005 Paris
Mar 14 jan : Salle JA05 Germaine Tillion, Carré des Sciences, 1 rue Descartes, 75005 Paris
Pour les séances de séminaire se déroulant au Carré des sciences, vous devez donner votre nom et présenter votre pièce d'identité ou votre passeport, à l'exclusion de tout autre document, au vacataire du Collège.
Le séminaire se propose d’interroger la notion derridienne de souveraineté ou d’ipséité souveraine, à savoir ce que Derrida définit, tout au long de l’histoire de la métaphysique occidentale, comme le pouvoir qu’a tout sujet d’être soi-même.
Bien qu’il s’agisse d’une figure relativement tardive dans la pensée de Derrida, la souveraineté ainsi caractérisée aura toujours été l’objet même de la déconstruction, en tant que déconstruction du pouvoir. On précisera les attributs qui, dans le texte métaphysique, sont essentiellement liés à la souveraineté (auto-affection, immunité, logocentrisme, autonomie…) et que Derrida, depuis ses premiers textes, a sollicités et mis à l’épreuve d’une lecture critique et déconstructive, au nom d’une «  force faible  » ou d’une «  inconditionnalité  » de l’autre.
Toutefois, on s’attardera également autour de la figure énigmatique du Walten, qui traverse de façon insistante le dernier séminaire de Derrida (La Bête et le souverain) et qui semble réinvestir autrement le concept même de souveraineté. La super- ou hyper-souveraineté du Walten, dont Derrida explore le puissant lexique présent dans le texte heideggerien, semble en effet nommer quelque chose qui ne se réduit plus à l’ordre d’une souveraineté théologico-politique dont Derrida a montré qu’elle est depuis toujours en déconstruction. On tentera dès lors d’interroger la «  force  » excessive de ce Walten que Derrida définit comme souveraine au-delà de la souveraineté.

Intervenants :
- Mardi 7 janvier : Arafat Sadallah : L'entendre : la violence
- Mardi 17 décembre : patrick llored : "Qu'est-ce que la zoopolitique ? Souveraineté, animalité et déconstruction de la violence dans la philosophie de Derrida."

 


 



cliquer sur une date pour connaître les événements proposés ce jour là Agenda

précédent   Novembre 2013  suivant
lun mar mer jeu ven sam dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30   

cliquer sur une date pour connaître les événements proposés ce jour là Rechercher

Nous écrire

collectif@ciph.org 

Coordonnées

Collège International
de philosophie
1, rue Descartes
75005 Paris
Tél. : 01 44 41 46 80
Fax : 01 44 41 46 86


Utilisez Firefox pour une meilleure navigation sur ce site